Archive for the 'Quatrains' Category

Page 2 of 2

Levons nos vers !

~

Merci pour ce moment,
Cyril et Dominique.
En écrire un roman,
Ce serait idyllique.

C’est vraiment un honneur,
D’écrire parmi ces pages*.
Je vous souhaite du bonheur,
De l’Amour, du partage.

Vous remerciant pour tout
Pour l’accueil, les gâteaux.
En espérant surtout,
Vous revoir très bientôt.

~

*Les pages du livre d’or.

Inspiration calme à peu agitée

~

Je me sens vide, je baille,
Espérant l'inspiration.
Ne voulant pas qu'elle s'en aille,
Je mets ma plume en action.

L'imaginaire capricieux,
Je me sens vraiment bancale.
Ce bateau est très précieux,
Où sont les clefs de sa cale ?

Le pied marin salutaire,
Je pars pêcher de beaux vers.
De moi s'éloigne la terre,
Ça c'est le monde à l'envers.

Pour mieux quitter mon train-train,
Je lance mes strophes à l'eau,
Dans leurs tercets ou quatrains,
Se coincent mots par kilos.

Je répare de temps en temps,
Les mailles de mes filets,
Je rêve tout mon comptant,
Bien au chaud dans mon gilet.

Je surveille les nuages,
Chargés aux premiers abords.
J'envoie, craignant le naufrage,
Des idées par dessus bord,

Ça y'est ! Il faut s'arrêter,
Avant d'en être malade.
C'était sympa d'affréter,
Un poème pour une balade.

De retour sur la terre ferme,
Déjà un brin nostalgique,
J'espère retrouver à terme,
Des évasions si magiques.

Pas de poissons à saisir ?
En poésie ou en pêche,
L'important c'est le plaisir,
De quitter la cale sèche.

~

Sonnet d’ânes

~

On rencontre du monde en sortant de l'étable,
Des équidés abondent, des plus aux moins aimables.
Sans tous vous les citer, j'en retiendrai certains,
L'âne voudrait en parler, sans en avoir l'air d'un.

Derrière une fumée rance, on peut apercevoir,
Beaucoup de contenance pour plaire à l'auditoire.
Les dépendants s'arrêtent devant l'âne Ikotine,
Promis demain j'arrête, je l'évite en routine.

Nous écoutons la vie, de monsieur l'âne Oblaisse,
Contestons ses avis, car des propos nous blessent.
C'est pire que d'endurer, bouriquette Dugralle.

Le dernier est moins bête, mais il ne sait pas lire,
Car pour l'âne Alfabète, y'a pas de quoi en rire.
Soyez-en assurés, son défaut m'est égal.

~

L’Homme qui murmurait à l’oreille de l’âne

~

L'âne Onîm a des amis,
Parmi eux mon petit pote.
Nos balades ont déjà mis,
De l'amitié plein nos bottes.

C'est pour lui que je transmets,
Cette poésie si légère,
À des lecteurs en transe mais,
Prétextant l'anniversaire.

Au pas, au trot, au galop,
Notre philosophie court,
N'étant pas trop mégalo,
Laissant nos dires dans la cour.

Je n'lui souhaite que du bonheur,
L'émergence de ses désirs.
Je sais que j'aurais l'honneur,
D'écouter tous ses plaisirs.

~

Source d’expirations

~

Ce soir en commençant d'écrire,
Je n'avais pas d'inspiration.
J'n'ai pas non plus l'envie de rire,
Après une telle conversation.

Pourquoi diable se fatiguer,
A parler pour ne rien confier.
Il n'est pas viable de léguer,
Un discours pour ne pas s'y fier.

Lorsque l'on tombe on s'écorche,
Et souvent sur le même endroit.
Grattant sans cesse son écorce,
Je ne pense être plus adroit.

Pourquoi attendre de l'autre,
Ce que l'on ne saurait faire ?
C'est comme vouloir rendre votre,
Le soucis de mes affaires.

Toujours continuer de se voir ?
Faire en sorte de dialoguer ?
Pourquoi nier la mer à boire,
Laissons là nos deux coeurs voguer.

Pour mieux se revoir demain soir,
Chassons nos questions ce matin.
L'expérience me donne l'espoir,
De retrouver notre Latin.

Il ne vaut mieux pas confondre,
La colère et la rancune.
La première se laisse fondre,
De l'autre ? J'en ai aucune.

~

La nostalgie de la cigogne

~

Je pense à des parents d'aujourd'hui,
C'étaient des copains d'classe.
Ils ne vont plus connaître l'ennui,
Leur enfant a pris place.

Dans leur amour on y comptait deux,
Maintenant ils sont trois.
Je compte sur eux pour être heureux,
Et jamais à l'étroit.

J'en connais qui sont déjà quatre,
Depuis un an tout rond.
Le petit ne s'laisse pas abattre,
Et il a bien raison.

J'vous présente Sarah et Raphaël,
Grande soeur et petit frère.
J'en profite et leur souhaite pelle-mêle,
Un bon anniversaire !

Je couve ma nostalgie douc'ment,
Excusez-moi du peu !
Quand les amis pondent des enfants,
On grandit tous un peu.

~