Au revoir Papy

Un an sans toi…

~

On se souvient du bleu de ta belle salopette,
Où frottait ton couteau, où dormait ta casquette.

Ce fameux couvre-chef qu’on te piquait souvent,
Pour mieux te ressembler, t’embêter un instant.

On se souvient aussi des légumes du jardin,
Des fleurs et de la terre, dont tu prenais grand soin.

Tout ce p’tit univers où chantaient les oiseaux,
Où les poules, les lapins, semblaient nous dire des mots.

Tu nous as fabriqué de belles choses en osier,
Pour porter nos cueillettes et bercer nos poupées.

Quand tu nous baladais avec ta bicyclette,
C’était le Tour de France ! Pas de petites roulettes.

On ne se lassait pas de se faire taquiner,
De tes tapes sur les cuisses, de se faire chatouiller.

On aimait ton humour et tes belles histoires,
Elles resteront toujours, égayer nos mémoires.

Toi qui t’inquiétais tant du niveau de la Loire,
On la surveille pour toi, Papy, tu peux lui dire « Au revoir ».

~

Tes petits enfants.
(écrit le 3 janvier 2007)

2 Responses to “Au revoir Papy”


  • Vraiment beau.
    J’y retrouve un peu de mon propre grand-père.

  • Oh, c’est un poeme tres joli avec les mots tres poetique :
    chanter les oiseaux,
    des belles choses en osier,
    Tour de France [ c’est poetique pour moi 🙂 ]
    le jardin, des fleurs, les poules, les lapins
    les belles histoires de ton Papy…
    Le bonheur a toi ! J’habite toujour a ville et je n’ai jamais Papy!! Ils sont morts pendant 50 ans…!!!

Leave a Reply