Archive for the 'Rimes plates (AABB)' Category

Ce lien naturel*

~

– Introduction musicale –

Céline encore enfant, troisième de cordée,
Était bien entourée, vous nous l’accorderez.

Laurent de son côté, dans sa place d’aîné,
Prit son rôle très à cœur, grandissant, in fine.

Adorant la peinture depuis son plus jeune âge,
Elle, deviendra graphiste ou pro du coloriage.

À l’école Laurent, mais sans vouloir médire,
N’était pas le meilleur mais n’était pas le pire.

Il s’est dit : « le dessin, c’est peut-être pour moi »,
Il en a fait sa vie, il en a fait sa loi.

Sourire ne coûte rien mais rapporte beaucoup,
Monitrice rebelle, Céline est dans le coup.

Si elle est sportive et parfois fracturée,
Laurent ne risque rien, soyez-en assurés.

La belle fit un carton, Clooney prenant la pose,
Côté célébrité, Céline a eu sa dose.

N’ayant pas la télé, s’inventant chevalier,
Laurent faisait la cour, cherchant à se lier.

C’est alors le travail qui les a rassemblés,
Écoutant de la dance à longueur de journée.

Le travail, le plaisir, on ne les confond pas.
Mais de draguer Céline, Laurent a pris le pas.

Une semaine, une année, peu importe le temps,
Laurent ne compte pas, luttant contre les vents.

Mais quand vint le moment du tout premier baiser,
Céline était sérieuse, elle allait l’épouser.

Les parents sont heureux de cette destinée
Et unissent leurs voix pour ici la saluer.

– Discours des parents –

La parole est à ceux qui nous ont réunis,
À leurs voeux échangés, nous resterons tout ouïe.

– Voeux –

Pour sceller cette union, vos deux vies, cette chance,
Nous allons procéder, à l’échange d’alliances.

– Échange d’alliances –

Désormais unis par les liens du mariage,
Vous commencez un livre, écrivez-en les pages.

~

(lu le 23 juin 2012)

*Merci à ALB pour le titre ainsi que pour les corrections.

Deux ânes nés

~

Je me souviens d’avant le vous,
Lointain de nous j’avoue.

Deux est avant les « Je vous aime »
Présent pour l’Un quand même.

Nos ans sont différents de ceux
Où l’autre et l’un font deux.

Des mois non exempts de bévue
Mais je vous aime t’as vu ?

Cent mille années sans foi ni loi
Mais jamais deux sans toi.

~

Le bon pré sage

~

L’âne, de sa clôture, voyait les gens passer,
S’en faire des peintures, ne pouvait se lasser.

Derrière lui une ferme, à gauche le village,
A sa droite une église : chacun son paysage.

Il aime le village et son agitation,
Il se couche bien tard sans une hésitation.

Il vit sereinement les tempêtes passées,
Mais de rire tout seul, il pourrait se lasser.

Une fois n’est pas coutume, il se lève aux aurores,
L’âne se croit éveillé mais on dirait qu’il dort.

C’est alors qu’une fille retint son attention,
Cachant son apparence par un peu de fiction.

Garde-t-elle un trésor ? Ou quoi d’autre sinon ?
Elle est pour l’âne l’or, ce bien joli prénom.

A sa droite une ferme, s’éloignant du village,
Devant elle une église : chacun son paysage.

– Où vas-tu demoiselle ? – Je m’en vais à l’église,
Je m’intéresse à Dieu et aux pages qui se lisent,

Pour lui je me réveille, je sors et je me couche
Je suis bien en retard, il va trouver ça louche.

Le soir moins occupée, occasionnellement,
La fille resta souper, puis, régulièrement.

Elle aimait son humour, lui ses douces caresses,
Mais ceci n’est pas sûr, c’est peut-être l’inverse.

Le bonheur final’ment n’était pas vraiment loin.
On le trouve en bout d’rue, à travers les chemins.

Derrière eux une ferme, à gauche le village,
A leur droite une église, devant ? Le paysage.

Le ciel en devenir ne sera pas méchant,
S’ils regardent devant eux, et coupent à travers champs.

~

L’âne qui avait un chat.

~

J’étais seul chez moi, bien seul je vous assure,
Mes « hihans » résonnaient entre mes quatre murs.

Puis elle est arrivé pendant une crise de foin,
Nul malentendu, je vais en prendre soin.

Je n’vais pas l’adopter, c’est à elle de choisir.
Bon d’accord je l’emmène, je serai son loisir.

Son attrait naturel ? Les pelotes de laine.
Mon allergie m’inspire. Son nom sera Pollen.

De sa queue en virgule à ses griffes acérées,
J’avais un bout de rien dans mes bras à serrer.

Mon petit quotidien avait soudain changé,
« Devoir rentrer chez moi », je devais y songer.

Entrouvrir la fenêtre ou bien l’ouvrir tout court,
A chacun de mes gestes, elle me donnait un cours.

Je devais m’arrêter de travailler pour elle,
Obligé de savoir quand elle se faisait belle.

Le soir sur mon plumard, j’attendais qu’elle se pose,
Ne plus bouger les bras mais la jambe si j’ose.

Elle attendait sag’ment le clin d’une paupière
Pour miauler violemment « J’ai faim depuis hier ! »

Seulement le destin n’était pas notre ami,
Il lui a fait du mal, je n’en suis pas remis.

Je suis seul chez moi, bien seul je vous assure,
Mes « hihans » déraisonnent entre mes quatre murs,

Je m’attends à entendre crier dans chaque coin
Des plaintes plutôt tendres, mais elles sont déjà loin.

Ne plus être suivi enlève le plaisir
De se voir zigzaguer où son chat le désir.

Ouvrir une fenêtre devient une triste scène,
Aucun plaisir pour moi, car la joie était sienne.

De sa queue en virgule à ses griffes acérées,
Reste des particules, trop peu pour les serrer.

Mon petit quotidien a de nouveau changé,
« Pourquoi rentrer chez soi ? » n’est pas tant imagé.

Un an passé ici semble soudain trop court,
Drôle collocation aux dialogues de sourds.

Je ne m’arrêterai plus de bûcher pour elle,
Sauf si, parfois, la nostalgie s’en mêle.

Et la nuit arrivant, je suis alors tout chose.
« Quoi faire de mes jambes ? », le problème se pose.

Au matin le réveil se fait par la lumière,
Pas de plainte et pourtant, je préférais hier.

Mon « chez moi » a perdu la maîtresse de ses lieux
Un silence a chassé ses « miaous » vers les cieux.

Lors du dernier échange, elle semblait le savoir,
D’un mot félin pour l’autre, j’ai miaulé « au revoir ».

L’allergie est partie pour un an tout au mieux.
Pollen l’a suivi mais m’a fait ses adieux.

~

Concurrence déloyale

~

Je me dois de confier, ma haine contre un filou,
Ennemi ou ami, pas deux termes plus flous.

Un ennemi juré, un ami déloyal,
Je vais me faire curé, j'aurai une paix royale.

Bien que sa compagnie, me semble délicieuse,
C'est bien une félonie, ses manières vicieuses.

Il a le goût pour plaire, une sacrée bonne mine,
Sans en avoir l'air, son nacré embobine.

Parce que pour plaire aux filles, pas besoin de draguer,
C'est pour lui qu'leurs yeux brillent, et il vient nous narguer.

Voilà, pour faire son rat, il nous fera des signes,
Pendant qu'nous, on courra, pour n'pas perdre la ligne.

Sous son bel emballage, de beaux abdominaux,
Dont il fait étalage, jouant les marginaux.

Je jalouse son bronzage et son odeur charmante,
Il traverse les âges, rend les femmes aimantes.

Oui les filles vous craquez ! Faut mettre le holà.
On existe pourtant, après le chocolat !

Parce que quand, avoue-le, devant moi, nue, t'es là,
Tu saurais préférer, une crêpe au Nutella.

~

Sonnet d’ânes

~

On rencontre du monde en sortant de l'étable,
Des équidés abondent, des plus aux moins aimables.
Sans tous vous les citer, j'en retiendrai certains,
L'âne voudrait en parler, sans en avoir l'air d'un.

Derrière une fumée rance, on peut apercevoir,
Beaucoup de contenance pour plaire à l'auditoire.
Les dépendants s'arrêtent devant l'âne Ikotine,
Promis demain j'arrête, je l'évite en routine.

Nous écoutons la vie, de monsieur l'âne Oblaisse,
Contestons ses avis, car des propos nous blessent.
C'est pire que d'endurer, bouriquette Dugralle.

Le dernier est moins bête, mais il ne sait pas lire,
Car pour l'âne Alfabète, y'a pas de quoi en rire.
Soyez-en assurés, son défaut m'est égal.

~

L’âne Ormandy

~

Je reviens d'un week-end des plus ensoleillés,
Où sourires et fous-rires, se seront relayés.

Le vent pousse le froid sur la plage d'Houlgate,
Les douces trajectoires du cerf-volant nous gâtent.

Le barbecue semblait vouloir rivaliser,
Avec le soleil, leurs deux feus attisés.

Quat'lapins sont passés, déposer leurs p'tits oeufs,
J'ai cueilli sans casser, ces plaisirs bien à eux.

La campagne alentour nous a surpris sans trêve,
Ses paysages entourent la maison de nos rêves.

J'y ai croisé des ânes pour le moins anonymes,
Feignant de reconnaître leur ami l'âne Onîm.

J'aime les sillages des ruelles d'Honfleur,
Ville d'un mariage, de bonheurs et de fleurs.

J'ai fait une connaissance, voici l'âne Ormandy,
Je repasserai le voir, parce que le coeur m'en dit.

~

Il me plaies à panser

~

Que de n’pas partager, je préfère m’abstenir,
Deviens-je trop enragé, pour parfaire mes plaisirs?

Tu es devant moi mais j’utiliserais « elle »,
Aima-t-elle en soi mes rêves quasi réels.

Nu tel un ver, je dévoile mon inquiétude,
Elle lira ces vers… J’espère sa mansuétude.

~

Duo d’bourricots

~

J'vous présente une ânesse, elle s'appelle Pâh c'est cool.
Quelques-uns me connaissent, dans l'étable y'a foule.

Mangeons le même avoine puis écrivons ensemble !
Des mots, jetons la couenne! Quand nous rimons ça tremble !

J'aime bien qu'le stylo rime, avec toi j'ai un grain.
J'ai pris le style Onîm pour cet alexandrin.

J'crois aux rimes dès l'début, Pâh s'y fit qu'à la fin.
Soit ! Onîm est d'venu pacifique dès l'matin.

Deux ânes valent mieux qu'un pour dresser vos oreilles.
On peut jouer les malins et pondre des merveilles.

C'est la fraternité qui unit nos talents.
Mais ça f'ra taire ni tes amis ni tes parents.

C'était pas si niais. L'anonyme est là, n'est-ce pas?
C'est pourtant signé… l'âne Onîm et l'ânesse Pâh.

~

Encre nous

~

Tu t'appelles Écriture, ça je l'ai su tout p'tit,
Mais devenu mature, j'en ai pris l'appétit.

T'es la prolongation de mon bras en stylo,
Comme une propagation d'mes pensées dans les mots.

Moultes envies, idées, fusent sans foi ni loi,
En toute simplicité, juste l'encre toi et moi.

~